LE PHOTOGRAM DU BRILLANT: MONTMEYRAN.

Bonjour les Brillantes, bonjour les Brillants. Vous connaissez à présent le principe, lebrillant.fr consacre deux reportages par semaine à une commune du Val de Drôme. Il y a eu le Mégaphone avant-hier mardi, il y a le Photogram aujourd’hui jeudi. Cette semaine nous avons fait parler quelques montmeyrannais, et aujourd’hui c’est autour de notre reportage photo, toujours consacré à Montmeyran.

Alors ne vous dispersez pas, et suivez le guide…

Nous commençons par les édifices religieux, qui par nature, imposent leurs architectures massives, car si Dieu est grand, forcément, il lui faut un grande maison pour lui et tous ses fidèles…

Maintenant que nous avons mis l’église au centre du village, furetons aux alentours de ces imposantes constructions et promenons-nous dans la commune.

La chaleur est intenable, et un instant, Noé Richard-Clément notre photographe et moi, avons cru, que ce camion de pompier était là au cas où nos deux corps seraient retrouvés aussi déshydratés que deux raisins secs. Heureusement il n’en fut rien. Allez, avouons-le sans détour, ou même en faisant quelques détours, le joyaux de Montmeyran se trouve dans les hauteurs, au pied de la statue de Notre Dame des Foyers. Seulement voilà, pour bénéficier de la vue absolument imprenable du belvédère, il faut grimper. Alors quand je vous dit grimper, nous sommes là proche d’un dénivellement proche de l’Himalaya… non, j’exagère, disons juste, proche de l’Everest… Allez, suivez nous.

Alors bizarrement, le chemin qui mène à ce septième ciel est indiqué comme suit :

Puis, à la limite de la double crampe des jambes, et après avoir terminé notre ascension sans avoir recours à aucune bouteille d’oxygène, nous touchons au but :

Et là… Et là… ! Tout le Val de Drôme s’étale devant nous, une vue à 360 degrés, qui donne envie de crier « Je suis le roi du monde ! », sans risque de percuter un iceberg… Je vous laisse contempler ce paysage boussole qui couvre l’est, le sud, l’ouest et le nord de notre si magnifique région :

Puis, nous avons laissé derrière nous ce paysage qui mieux que d’être photographié, mériterait d’être peint par un maître du pinceau, et je vous l’avoue, en revenant sur Montmeyran, nous constations que question rafraichissement nous n’avions que l’embarras du choix.

Puis, une fois réhydraté, nous nous sommes livrés à une petite séance de sport, en veillant tout de même à ne pas trop nous éloigner d’un centre de premiers soins, au cas où… 😉

En espérant avoir suscité des vocations de grimpeurs-esthètes, lebrillant.fr ne peut que vous encourager à la contemplation vue d’en haut, et il faut le reconnaître, dans cet exercice, Montmeyran mérite le maillot blanc à pois rouge, celui de meilleur grimpeur.

Textes : Mathias Deguelle. Photos : Noé Richard-Clément.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.