LE PHOTOGRAM DU BRILLANT: LA FÊTE MÉDIÉVALE DE CREST.

Bonjour les Brillantes, bonjour les Brillants. Après le Mégaphone de mardi, qui interrogeait acteurs et participants de la Fête Médiévale, ce Photogram vous propose une seconde visite de la Fête Médiévale de Crest « toute-en-image ». Les photos que vous allez voir maintenant sont le pur produit de rencontres fortuites, hasardeuses et veulent aussi donner la part belle à tous ces commerces plus ou moins authentiques qui ont égayé le centre-ville…

Bonne visite, laissez-vous porter… et surtout, oubliez le guide qui photographie plus vite que son ombre.

Maintenant, si vous le voulez bien, nous allons ajouter de la couleur à la couleur, je vous propose un tour de vue des étals qui eux-aussi faisaient littéralement partie du décor de la Fête Médiévale…

Hum, j’en salive d’avance…

Et puis j’y ai appris comment réussir à faire une crêpe. Ça n’a l’air de rien, mais personnellement, mes rares tentatives crêpières se sont toujours soldées par la pâte à crêpe qui adhère à la poêle, et finissaient en une espèce de conglomérat agglutiné qui n’avait rien à voir avec les trois étapes que voici :

Et voilà… C’est aussi simple que ça !

Allez maintenant, nous allons nous intéresser aux échoppes qui ressemblaient -on peut y croire- à celles que l’on pouvait trouver dans cet âge qu’on appelle Moyen…

Tiens je croise mes amis Maxime et Claudine, de la pâtisserie Ronget, Rue de la République… « Salut les amis… ! ».

Couleurs, couleurs, couleurs… Je vais vous en faire avaler des couleurs 😉

Mais déjà, le centre-ville est petit à petit déserté, car il faut bien le dire, la Fête Médiévale de Crest c’est une multitude de lieux qui sont autant d’invitations à la curiosité…

Mais, jamais je n’oublierais ma rencontre avec ce preux chevalier, devant qui j’ai mis un genoux à terre et qui m’a anobli… Attendez, j’ai un trou de mémoire… Ah oui, ça y est, ça me revient, il m’a ordonné grand Chambellan, et futur Seigneur de Crest… Tremble Hervé Mariton !

Une fois anobli, au passage je vous prierais désormais de m’appeler Sir Mathias Deguelle, ou bien Monseigneur, c’est à votre convenance… je me plonge dans le romantisme nostalgique (j’appelle ça « le romalgique »), et je me dirige vers l’école Chandeneux ou un spectacle pyrotechnique, ou plutôt pyro-artistique nous attend…

Allez, allez… Restons groupés s’il vous plaît…

Très sympa, un groupe joue sur scène une musique assez country, mais aussi mêlée de rock, mais qui ne néglige pas la pop, sans mépriser la variété…

Mise en abime : je prends en photo Maître corbeau sur la transversale d’une cage de but, lui-même en train de me photographier : vertige !

Enfin, vient le feu qui pour mémoire a été inventé au Moyen-Âge… Heu, attendez une seconde, je crois que je me mélange les pinceaux là… Mais non, je suis bête, le feu n’a pas pu être inventé au Moyen-Âge, sinon Jeanne d’Arc serait encore de ce monde… Pardon, j’ai mélangé mes fiches…

Puis après cette performance brulante, je m’en suis retourné à la Tour de Crest où actuellement j’occupe un logement social, et je vous avoue que sur le chemin du retour, j’ai fait un grand sourire à cet objet :

Ensuite, ensuite… la douce mélancolie d’une fête qu’on voudrait sans fin, m’envahit, et à nouveau cette « romalgie » me submerge…

Mes pieds foulent pour une dernière fois la paille qui jonche les rues de Crest, et je l’avoue, une idée m’a traversée l’esprit : peut-être sommes-nous en 2022 le Moyen-Âge d’une époque qui dans un temps futur fera des fêtes pour vanter le bon vivre d’aujourd’hui… Allez savoir…

Mais ça, c’est l’histoire qui le dira.

Textes et Photos : Mathias Deguelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.