LE PHOTOGRAM DU BRILLANT/4. AOUSTE SUR SYE.

Bonjour les Brillantes, bonjour les Brillants. Comme tous les jeudis, et pour ce nouveau numéro du Photogram, lebrillant.fr vous invite à une balade photographique dans les rues de Aouste sur Sye, ce village situé à deux pas de Crest qui recèle bien d’autres merveilles que sa zone commerciale. Soyez maintenant les bienvenus dans cette déambulation poétique et patrimoniale.

J’arrive à l’entrée de la commune.

Une fois au centre de Aouste, je lève la tête, l’église me contemple, je lui rends la politesse en la fixant depuis le sol, elle qui semble fendre le ciel avec sa flèche effilée comme aiguille.

Mes pas me guident vers le pont de Aouste, l’appel de la Drôme est irrésistible et une fois sur place, je constate avec satisfaction que le cours d’eau qui va traverser Crest, se montre ici aussi apaisant, la vue est imprenable. Je mitraille avec cette arme pacifique, mon appareil photo.

Je remplis mes poumons de cet air vivifiant et hivernal, car oui, il fait frisquet, et je me dirige vers cette structure architecturale à la façade détonante qui, il faut bien le dire, dénote avec l’esthétique générale du village. Et c’est vrai qu’ici à Aouste, les contrastes esthétiques entre les maisons et autres bâtiments frisent parfois la faute de goût. Passons…

Mais, revenons au but de cette promenade, si j’ai choisi Aouste ce n’est pas pour tomber en extase devant ces constructions modernes sans âme, non… c’est mon amour pour les vieilles pierres, pour ces passages qui semblent si secrets, pour ces maisons qui jouxtent la Drôme, voilà ce qui motive ma flânerie. Allez, (A)ouste !

Je m’enfonce dans le cœur du village, et je l’avoue, je tombe sous le charme de toutes ces ruelles, qui semblent s’offrir à moi en gardant leur part d’inconnu et de mystère. Mais l’attraction est la plus forte, j’avance avec confiance et sérénité…

Je ralentis mes pas, la présence de toutes ces vieilles maisons qui me cernent a un côté rassurant et me projette dans l’histoire de Aouste. Du haut de ces bâtisses, et l’appellation « Bourg de contact » qui date de dix ans avant notre ère ne semble pas être usurpée. Ad augusta per angusta : vers les sommets par la voie étroite !

Et puis comme pour chaque Photogram du brillant.fr, je me délecte de tous ces détails qui n’ont rien d’une carte postale, mais qui ne sont ici que pour l’évocation poétique.

A présent, je m’apprête à quitter Aouste sur Sye, je me retourne une dernière fois, et devant moi cette plaque de rue qui vient me le confirmer, il y a quelque chose de presque divin, une atmosphère qui semble défier le temps, et l’espace d’un instant je me suis surpris à me croire aussi immortel que ces maisons qui habitent la commune dont on a trouvé les traces de son existence aux alentours de 4000 ans avant notre ère, au néolithique !

En espérant que ce Photogram ait réussi à vous téléporter au cœur de Aouste, je vous donne maintenant rendez-vous ce dimanche, pour un nouveau reportage qui une nouvelle fois va tenter de vous informer sur ce qu’il se passe dans notre belle région.

Textes : Mathias Deguelle. Photos : Noé Richard-Clément

Une réflexion sur “LE PHOTOGRAM DU BRILLANT/4. AOUSTE SUR SYE.

  • 12 février 2022 à 2h25
    Permalien

    Merci pour ces belles photos qui me rappellent mon enfance dans le « Quartier des Enfers »…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.