LE MÉGAPHONE DU BRILLANT: CREST, RENCONTRE AVEC « LES PASSERELLISTES ».

Bonjour les Brillantes, bonjour les Brillants.

Bon, pour commencer, voici l’affaire : Demain mercredi 1er juin, la ville de Crest organise un happening sur la nouvelle passerelle du Pont Mistral avec une prise de vue depuis les hauteurs du ciel, grâce à un drone (on leur souhaite une belle météo !).

Alors, il n’est pas trop tard : si vous voulez être figurant et participer de 14h 30 à 15h 30, demain, à cette prise de vue aérienne de vous tous sur la passerelle, c’est simple, il vous suffit de vous connecter sur :

 vu.fr/TKQB

et sur

vu.fr/ijnn

puis de retourner, une fois remplis, les documents à l’adresse suivante :

com@mairie-crest.fr

C’est aussi simple que ça. Aussi simple que de battre Kasparov aux échecs.

Maintenant, une fois que lebrillant.fr a eu connaissance de l’existence à venir de cette « photo de groupe » vue du ciel, nous nous sommes simplement dit : « et si nous allions à la rencontre de ces « passerellistes », pour leur parler les yeux dans les yeux, à hauteur d’hommes et de femmes, après tout… Suite au « pont » de l’ascension, nous intéresser à la passerelle, était comme « un passage obligé »…

Et à vous qui commencez à me connaître, il ne vous surprendra pas que j’ai débuté ces rencontres par un « contre-pied ». En effet, pour commencer j’ai interrogé celles et ceux qui n’empruntaient pas la passerelle, ces irréductibles piétons qui continuent à utiliser les trottoirs du Pont, et qui persistent à marcher sur les bords, à droite et à gauche de la voie désormais réservée aux automobilistes.

  • Bonjour, je m’appelle Rijad, je suis originaire de Bosnie-Herzégovine, mais je suis crestois depuis trente ans…
  • Rijad, pourquoi vous continuez à emprunter les trottoirs du pont, alors qu’à notre droite il y maintenant cette si belle passerelle ?
  • Franchement, c’est une très bonne question, et je ne saurais vous répondre… mais en fait, je crois que c’est juste une question d’habitude, voilà… En fait si vous voulez, depuis que la passerelle a été faite, personnellement pour l’emprunter, il faut pour moi que ça devienne une habitude, et tant que cette habitude je ne la prendrais pas, et bien, je continuerais à emprunter « le trottoir d’en face »… Mais vous savez, pour moi, changer mes habitudes de trajets ça peut prendre entre quinze jours et trois semaines… Donc, oui, bientôt, à coup sûr, je vais prendre cette nouvelle habitude et emprunter la passerelle, d’autant que personnellement je trouve que c’est une très bonne idée, que c’est une très bonne chose.

Avant de quitter Rijad « Monsieur j’ai mes petites habitudes », je profite moi-aussi de la vue qui m’est offerte, puis je continue, toujours sur le Pont Mistral, à interpeller un jeune homme qui, tout pareil, semble n’avoir cure de la présence de la passerelle.

  • Bonjour, je m’appelle Romain.
  • Alors Romain, je vous prends en flagrant-délit de promenade sur le mini-trottoir du Pont Mistral, alors qu’il existe aujourd’hui une nouvelle passerelle dédiée aux piétons. D’ailleurs, vous l’ignorez peut-être mais techniquement, l’endroit où vous marchez n’est pas un trottoir, c’est ce qu’on appelle « un chasse-roue », soit une façon de freiner les véhicules qui éventuellement iraient taper le parapet, et pire, iraient chuter dans la drôme… Alors, je vous l’avoue, je tiens l’info de Hervé Mariton himself…
  • Alors, ok… donc moi je suis passé par là parce que j’étais sur ce côté du Pont, je n’ai pas voulu traverser et mettre ma vie en danger en passant sur un passage piéton pas forcément respecté, et du coup, oui, j’ai emprunté ce « chasse-roue ». Mais je l’avoue, je ne savais même pas ce qu’était un « chasse-roue » avant de vous rencontrer. Mais attention… J’emprunte aussi la passerelle, j’ai même pris un petit-déj’ dessus, assis sur le banc, dès qu’elle a été ouverte, c’était à 6h 00 du matin, au lever du soleil, et c’était magnifique. Alors on a beaucoup décrié cette passerelle parce qu’elle a mis du temps à arriver…
  • Oui, j’ai compté… On en est à peu près à 7 siècles d’attente…
  • (rire), oui… si on compte hors-taxe… !(mdr), mais du coup, c’est vrai, c’est vraiment pas mal. D’ailleurs je le conseille : prendre un petit déj’ sur la passerelle, c’est juste un super kiff…

Et là… Je traverse. Et donc je rejoins la dite passerelle, qui ferait presque de l’ombre à la Tour de Crest… Et je tombe sur un trio, qui discute sur le banc, je me permets d’intervenir pour toucher du doigt leur ressenti sur les bienfaits de cette passerelle qui va bientôt faire de l’ombre à la Tour Eiffel… Et aux pyramides de Gizeh…

  • Bonjour je m’appelle Benoît, alors moi je suis crestois et je dois traverser la passerelle tous les jours, donc effectivement, cette passerelle est aujourd’hui aussi agréable qu’elle a été attendue. Mais Dieu merci, depuis le temps qu’on attend, nous avons aujourd’hui une jolie passerelle, et on est ravis d’en profiter, ça nous permet de nous offrir des points de vues qu’on n’avait pas d’habitude d’apprécier, et puis finalement, cette passerelle est relativement calme, malgré le flux autoroutier du Pont, juste derrière-nous.

Je continue d’interroger les trois personnes assises sur le banc… Je passe à l’homme au milieu de la photo…

  • Bonjour, moi c’est Ibrahim, et je rejoins les propos de Benoît, c’est un bel endroit, avec un beau cadre, avec « la dame endormie » en face de nous, les Trois Becs, c’est vraiment joli, et vraiment c’est juste pour profiter de ce paysage que je suis là… Tu sais la vision du béton, et tout ça… ça ne fait pas trop rêver.

Je termine d’assouvir mon irrépressible besoin de réponses, avec la troisième personne présente sur ce banc, une femme qui donc, accepte de bonne grâce de se plier à mes questions…

  • Bonjour je m’appelle Line, moi je viens d’arriver, alors je ne savais pas que cette passerelle était toute neuve, mais j’apprécie… en fait on a un beau paysage avec cette vue sur la drôme, et vraiment c’est sympa… C’est beau, et c’est très zen… Vraiment c’est apaisant de voir toute cette verdure, cette magnifique vallée. Alors bon, moi je viens d’arriver à Crest ça fait quatre jours, mais là, vraiment, j’adore…

Bon, personne ne l’ignore, la nouvelle passerelle de Crest est large. J’entends que piétons, poussettes et vélos peuvent s’y croiser sans encombre… Tiens, justement, j’arrête un cycliste pour savoir ce qu’il pense de ce nouvel aménagement cyclable…

  • Bonjour, je m’appelle Geoffroy.
  • Geoffroy, je me suis permis de vous arrêter, vous étiez en train de vous engager à vélo sur la passerelle…
  • Oui, d’ailleurs à l’origine elle a été conçue pour ça, pour faire passer les vélos et les piétons, d’ailleurs c’est indiqué avec les panneaux à l’entrée de la passerelle, ils indiquent « voie verte », et une « voie verte » est réservée à tous déplacements non motorisés, et ça a été annoncé comme-tel dès le début du projet. Alors si je sais tout ça c’est parce que je milite au sein d’une association qui s’appelle « Vélo dans la Ville »… Mais bon, pour « l’élu crestois », on est pris comme des dictateurs du vélo, et en général, dès qu’on réclame un peu plus de place pour les vélos, au détriment des voitures, c’est très mal vécu… parce que d’après-moi, les préoccupations écologiques du Maire de Crest, ne vont pas dans ce sens-là… Peut-être, que les électeurs de Monsieur le Maire roulent majoritairement en voiture… (sourire).

Je laisse notre cycliste militant faire ce qu’il sait faire de mieux : pédaler, et donc, traverser la passerelle, quand illico-presto j’interromps la marche d’une charmante dame qui vient tout juste de terminer sa traversée de la 8ème merveille du monde…

  • Bonjour, je m’appelle Sandrine. Alors moi quand je traverse cette passerelle, je ne m’en lasse pas, je regarde la drôme et j’adore… la rivière, les montagnes… C’est très très joli vu d’ici, et puis c’est agréable de s’arrêter sur le banc. Moi quand je m’y installe, je me prends à penser, à rêver, je laisse mon esprit vagabonder. Je décompresse, je fais une petite pause, c’est sympa… on pense à rien… et c’est bien des fois. Mais là je vais devoir vous quitter parce que je dois retrouver des amis pour boire un coup, parce que maintenant, j’ai soif (rire) !

Ma quête des impressions des « passerellistes » que je croise totalement fortuitement, continue…

  • Bonjour, je m’appelle Janis. Moi je suis très contente de voir que cette passerelle est enfin terminée, en plus j’aime beaucoup « l’accès » qu’elle donne sur la drôme, les bancs sont très agréables, et en plus on est en plein soleil donc j’adore ! Bon, il y a tout de même un tout petit détail : moi si je devais avoir quelque chose à redire, en tant que pratiquante du roller, je dirais que le sol un peu « graveleux », donc avec nos petites roues c’est pas terrible, mais j’imagine que pour les vélos ce doit être impeccable.
  • Bonjour, moi je m’appelle Nicolas, et je vais vous dire, je suis très content que ce soit fini parce que habitant dans le coin, c’est vrai que maintenant c’est plus pratique et plus sécurisé pour tout le monde, que ce soit pour les véhicules ou pour les piétons… et puis après, la vue sur la drôme est vraiment sympathique, quand on passe ici.

Et puisque la vie, comme toutes histoires, n’est qu’un éternel recommencement, je me surprends à nouveau, à rencontrer un couple qui, comme au début de mes rencontres, est positionné de l’autre côté de la passerelle. Ils sont tous deux accoudés sur le parapet et admirent la drôme, mais « de l’autre côté », là où on voit « le pont bleu »…

  • Bonjour, je m’appelle Caroline, et vous me demandiez pourquoi je regarde la drôme « en suivant son courant », mais moi je vous retourne une question : « vous êtes comme beaucoup de drômois, vous détestez les ardéchois… ». Bah, moi, je suis gentille, je regarde un peu côté Ardèche…(rire)…
  • Donc, vous les regardez « par compassion » ?
  • (rire), ah non… ! Ce ne serait pas gentil pour les ardéchois ! Non disons que c’est plutôt par sympathie… Alors vous me dites que ce trottoir n’en n’est pas vraiment un et que donc il s’agirait d’un « chasse-roue », une sorte de butée qui empêche les voitures de venir percuter le parapet… Bon, je vais vous dire, moi je suis née à Paris, et j’y ai vécu mille ans, et là-bas, les trottoirs sont souvent bien plus petits que celui-ci et on ne les appelle pas des « chasse-roue », et puis vous allez voir, la passerelle va bientôt être envahie de trottinettes électriques, qui parfois sont, elles, encore plus dangereuses que les voitures….
  • Bonjour, je m’appelle Xavier… Bon, contrairement à Caroline et son immense sens de l’humour, moi je ne pense pas aux ardéchois quand je regarde la rivière, et c’est vrai que suivant de quel côté du Pont où on se trouve, on ne la regarde pas de la même façon…
  • Vous êtes en train de me dire que l’idéal c’est qu’il y ait soit « deux Xavier », soit qu’il y ait « deux passerelles »… ?
  • Oui, « deux Xavier » ce serait pas mal oui…(sourire), mais Caroline en aurait peut-être assez…(rire). Plus sérieusement, je ne connaissais pas Crest, et vraiment je trouve ça très très bien, j’aime beaucoup.  

Allez, ne boudons pas notre plaisir, quand nos élus choisissent de construire des passerelles plutôt que des murs, ça nous convient très bien… Et là visiblement, il y a consensus, la passerelle a été adoptée par tous les Crestois. Hormis certains « rebelles », qui tôt ou tard se rendront à l’évidence, car comme le disait le chanteur québécois Félix Leclerc : « L’indépendance c’est comme un pont : avant, personne n’en veut, et après, tout le monde le prend ».

Textes et photos : Mathias Deguelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.