LE MÉGAPHONE DU BRILLANT: CREST.

Bonjour les Brillantes, bonjour les Brillants. Nous sommes très fiers de vous l’annoncer : avec ce nouveau rendez-vous, lebrillant.fr étoffe son contenu. Désormais après les interviews du dimanche soir, après notre Photogram du jeudi soir, voici donc la nouvelle rubrique, le Mégaphone, qui sera mise en ligne tous les mardis soir : à retrouver en cliquant sur l’onglet « micro-trottoir » du Brillant. En ces temps de verticalité où les avis et les points de vue de chacun sont sous l’étouffoir, ou exacerbés, il nous est paru important de revenir à l’essentiel : vous, et ce que vous pensez de votre région, de vos villes, de vos villages. En somme, être à votre écoute. A tout seigneur, tout honneur, nous commençons par la ville de Crest.

Paroles de crestois à propos de leur ville… et pour commencer, prime à la jeunesse. Soyez les bienvenus…

  • Bonjour, je m’appelle Noé, j’ai 15 ans et je suis à Crest depuis 15 ans.
  • Noé, que penses-tu de ta ville, la ville de Crest ?
  • C’est une ville très familiale, donc on peut se faire des amis très facilement. Il y a beaucoup de commerces, donc c’est facile pour s’approvisionner… des trucs comme ça… L’entourage est pas mal, il y a de beaux paysages et on peut faire des balades facilement et il y a beaucoup d’activités.
  • Tu dirais que la ville de Crest s’occupe bien de vous, les ados ?
  • Oui, il y a Crest’Actif, il y a une MJC à Aouste, qui est juste à côté… oui, il y a pas mal de trucs pour les enfants, oui.
  • Si tu devais convaincre ton meilleur ami de venir ici, s’installer à Crest, que lui dirais-tu ?
  • Je lui dirais qu’il y a beaucoup d’enfants, donc il peut se faire pas mal de copains. Il y a trois collèges donc il y a de la diversité au niveau des études et des choses comme ça, et que il y a de quoi s’amuser.
  • Si tu étais le Maire de Crest, quelles seraient les deux ou trois premières décisions que tu prendrais ?
  • Alors déjà, améliorer les terrains de foot, parce qu’il y a des « city », ce sont des minis terrains de foot, qui ne sont pas trop rénovés, du coup ça serait bien de les rénover, parce qu’il y a beaucoup de gens qui jouent dessus. En deux : améliorer l’accès à l’hôpital, les panneaux ils pourraient être modifiés parce que ça peut être compliqué, il y a beaucoup de changement au niveau des routes, et je pense qu’il faudrait améliorer la signalisation. Et pour la dernière décision… je ne sais pas. Je ne sais pas du tout… !
  • Peux-tu donner une note à Crest de 0 à 10 ?
  • 7 sur 10.
  • Merci Noé.
  • Avec plaisir.
  • Bonjour, je m’appelle Manu, j’habite à Crest depuis 15 ans.
  • Manu, j’ai une formule : il y a « ce qui m’emballe » pour les choses satisfaisantes, et ce que je « déballe », pour ce qui celles qui le sont moins. Qu’est-ce qui vous emballe à Crest ?
  • Ce qui m’emballe à Crest, c’est ce qu’il y a autour de Crest, mais pas Crest. C’est à dire la région, elle est formidable, mais après ce qui me déballe à Crest, c’est la ville, qui est vieille, triste, pas très bien organisée etc… voilà.
  • Vous pouvez développer ? Qu’est-ce que vous entendez pas « pas très bien organisée » ?
  • Bah, mal organisée au niveau circulation, au niveau état des rues, des choses comme ça… au niveau du ramassage des ordures, je trouve que c’est pas top. Mal organisée au niveau vie sociale, c’est pas extraordinaire…
  • Pourtant vous devez reconnaître que Crest est un grand vivier associatif…
  • Oui mais on a plus l’impression que c’est « malgré Crest »… (rire), plus que grâce à Crest qu’il y a une vie sociale. Mais la région est formidable pour ça, pour la vie sociale, elle est formidable. Mais je ne sais pas si Crest est vraiment acteur de la vie sociale, ou resistant à la vie sociale.
  • Vous savez que comme dans beaucoup de ville de moyenne importance, il y a deux entités à Crest : il y a le centre-ville, qui est un peu libertaire, et il y a le pourtour de Crest qui lui, sans vouloir donner dans la caricature et le simplisme, est plutôt conservateur. Quel regard vous posez sur ces deux géographies, ces deux populations ?
  • Je n’ai pas de vraie explication, ce que je sais c’est que le centre de Crest est principalement habité par des gens… enfin ce sont des maisons qui ne sont pas chères, qui sont mal entretenues, donc il y a des locations qui sont honteuses, des gens qui louent des maisons dans des conditions honteuses, donc pas chères du coup, donc c’est sûr que ce n’est pas la même population que les résidences, des villas années 70, 80, 90 qui sont autour de Crest. La différence elle se construit à partir de là. Mais c’est en train de changer, il y a beaucoup de jeunes qui sont en train de s’installer au centre de Crest… si vous voulez, avant c’était par défaut que les gens s’installaient dans le centre de Crest, maintenant ça commence à être par choix, pour ne pas prendre la voiture par exemple.
  • Si vous étiez élu Maire de Crest, quelles seraient les premières décisions que vous prendriez ?
  • Bon… (sourire), je ne me suis jamais imaginé Maire de Crest, mais je sais que j’essaierais de faire revivre ce centre de Crest, et de le revaloriser au niveau des rues, au niveau des maisons, avoir une vraie politique de l’habitat parce que… une ville sans centre ce n’est plus une ville, c’est des gens qui habitent les uns à côté des autres. C’est dans le centre que les choses se fédèrent et se font. Le marché de Crest il n’est pas à l’extérieur, il est dans Crest, c’est juste un exemple… Mais c’est aussi vrai pour les commerçants, là je ne parle pas des grandes surfaces, c’est un autre débat, mais les vrais commerçants qui font vivre Crest, c’est dans le centre que ça se passe.
  • De 0 à 10, quelle est votre note sur la ville de Crest ?
  • C’est compliqué… (éclat de rire), allez… on va dire 5 sur 10… et je suis généreux!
  • Bonjour, je m’appelle Jean-Claude et je suis crestois depuis 40 ans.
  • Vous devez donc avoir un avis sur la ville…
  • Je le pense oui. La ville a beaucoup changé en 40 ans, par moment elle est un peu sinistrée, dans les commerces du centre-ville notamment…
  • Selon vous, Crest a changé en bien ou en mal ?
  • Je suis dans les deux extrêmes là… En bien… mais aussi en mal. Il y a une certaine pauvreté qui s’étend dans Crest, maintenant on voit le soir dans la rue des gens qui dorment dehors, même en plein hiver par exemple.
  • Pour vous, il fait bon-vivre à Crest ?
  • Oui il fait encore bon-vivre à Crest, j’ai des amis qui habitent dans des grandes villes, je les plains encore plus… donc oui, il fait bon-vivre à Crest.
  • Comment vous vous y prendriez pour convaincre un ami de venir habiter à Crest ?
  • Bon, d’abord il y a la Drôme qui est un site… comment dire ? Un peu anarchiste quand même. Il y a pas mal de producteurs bio, il y a pas mal de gens qui ont leurs petites idées sur la question, qui sont en retrait par rapport à Paris, par rapport à Lyon, donc oui, encore une fois, il fait bon-vivre ici encore pendant quelque temps. Crest est un peu au centre de la Drôme, au pied du Vercors, donc on regarde tout autour, la Drôme du sud est différente du Vercors…
  • Imaginons. Vous êtes élu Maire de Crest. Quelles sont vos premières décisions ?
  • D’abord je refuserais d’être Maire… (rire)… Ah, la question est délicate… Mais je connais pas mal de gens qui vont manger dans des trucs bénévoles à l’œil… Tiens, à l’instant je vois passer un soignant qui s’occupe des personnes âgées… Oui, donc je m’occuperais pas mal de, on en parle beaucoup en ce moment, des EHPAD, voilà. Étant un ancien soignant, je mettrais mon nez là-dedans pour solutionner des trucs que j’ai vu, et qui continuent d’être, voilà.
  • De 0 à 10, quelle est votre note sur la ville de Crest ?
  • 6 sur 10.
  • Bonjour, je m’appelle Marcel, j’ai atterri à Crest il y a une quarantaine d’années à cause du travail, j’étais dans la région Rhône-Alpes, mais au nord, du côté de Lyon, et j’ai fait passer une annonce dans « L’Usine Nouvelle », c’est un hebdomadaire qui est lu dans toutes les usines de France, et alors le directeur d’une usine de mécanique à Crest m’a fait venir, et puis il m’a embauché au bout d’un mois, voilà.
  • Qu’avez-vous pensé de Crest au moment de votre arrivée, il y a 40 ans ?
  • Moi je n’ai jamais habité dans une grande ville, et Crest était une ville à taille humaine, il y a environ 10 000 habitants, et c’est une ville agréable, avec une bonne qualité de vie. Bon, on est pas loin de la montagne… Je peux vous le dire, j’ai appris à skier au Col du Rousset à 30 kilomètres d’ici, et ça c’est un truc que je n’avais pas prévu…
  • Alors, pour résumer, qu’est-ce qui vous emballe à Crest ?
  • C’est une petite ville, on est pas loin de la Vallée du Rhône, on est pas loin de Lyon, et pas loin de la mer pour ceux que ça intéresse… Franchement, je trouve que nous avons une qualité de vie assez bonne.
  • Maintenant, qu’est-ce qui vous déballe, Marcel ?
  • Pfff… Franchement… Je ne vois que des qualités. Les inconvénients c’est quoi ? Peut-être qu’on est loin des grandes villes…
  • Mais, à l’instant vous disiez le contraire !
  • Oui, oui… On est pas loin de la Vallée du Rhône, on est pas loin d’une ville comme Valence, Valence c’est quand même une grande ville, et on s’y rend en une demi-heure, et on est pas loin de la nature. Moi je fais du vélo, et je ne suis pas le seul, et on apprécie la région.
  • Si on vous élisez Maire de Crest, quelles seraient vos premières décisions ?
  • Je vais vous dire, j’ai été élu conseiller municipal de Crest, il y a quand même quelques années, j’ai fait un mandat et ça m’a intéressé parce que c’est intéressant parce qu’on voit vivre la ville. Mais si je suis Maire… là franchement vous me posez une colle… Il y a pas mal de choses à Crest, et si vous voulez fréquenter les villes, vous mettez une demi-heure pour aller à Valence…
  • (éclat de rire), mais ça vous l’avez déjà dit… !
  • (rire), mais je reviens toujours à ça… ! Ce que je ferais si j’étais Maire de Crest, j’essaierais d’attirer des usines parce qu’il y a une qualité de vie assez exceptionnelle, on met une demi-heure pour rejoindre l’autoroute, vous êtes à Paris en deux heures et demie. Bon, je ne trouve que des qualités à Crest, on est à une heure de Lyon…
  • Marcel, arrêtez… ! Je vous parle de Crest et vous n’arrêtez pas de me dire qu’on peut facilement en sortir… !
  • Oui, on est à une heure et demie de la mer pour ceux que ça intéressent.
  • Ok je commence à comprendre… Bon, quelle note accordez-vous à Crest ? De 0 à 10…?
  • 8 sur 10.
  • Bonjour, je m’appelle Michel et je suis à Crest depuis que je suis à la retraite, c’est à dire 23 ans, mais je suis un natif de Crest, j’en suis parti à l’âge de 15 ans, et je suis revenu pour ma retraite.
  • A votre tour de vous présenter Madame, je crois que vous n’êtes pas crestoise… ?
  • Bonjour, je m’appelle Christiane, effectivement je ne suis pas crestoise, mais je vis à Crest depuis 2010. Je suis originaire du Vaucluse.
  • Alors, quel est votre avis sur la ville de Crest ?
  • Écoutez, moi je suis peut-être un peu chauvin, mais bien sûr qu’il fait bon-vivre à Crest, c’est une petite ville où on trouve tout ce qui est nécessaire à la vie courante, en plus de ça, on est dans une région qui est belle, moi je pratique beaucoup le cyclotourisme alors j’ai plein de petits cols, j’ai la plaine, je trouve que Crest c’est extra pour moi…
  • Christiane, quel est votre avis ?
  • Au début, ça a été un petit peu dur… ce qui est normal, parce que le sud c’est un peu différent, et puis j’y ai laissé mes amis, mais là, j’y vis bien et je suis contente d’y vivre.
  • Il n’y aurait aucune ombre au tableau ?
  • Je suis désolé mais non… ma vie se déroule bien et il n’y a pas grand chose qui me chagrine à Crest, alors tant pis… je reste positif (rire).
  • Quelle réponse décevante pour moi qui vous cherche des poux dans la tête (rire), Christiane, même réponse ?
  • Oui, pareil, je m’y sens bien à Crest.
  • Michel, c’est à vous. Vous êtes élu Maire de Crest, quelle est… quelles sont, vos premières décisions ?
  • Alors là, ça devient dur… Alors, plus de pistes cyclables parce que je fais du vélo, et puis peut-être que je remettrais un peu plus de feux rouges, parce que ça me gène un peu, et puis… et puis pour le reste, je cale…
  • Christiane, Madame la Maire…
  • (rire), oui… Peut-être un peu plus de commerces.
  • Maintenant, vous allez noter Crest de 0 à 10… On commence par vous Michel…
  • Allez, 9 sur 10, pour ne pas mettre 10, parce que faut pas charrier non plus… Et toi Christiane… ?
  • Moi je mets 8 sur 10.
  • Bonjour, je m’appelle Paolino, et je suis crestois depuis 5 ans environ, avant ça j’habitais en Belgique.
  • Un sacré décalage ! Quel est votre point de vue sur Crest votre ville d’adoption ?
  • La première chose que je dirais, bon ça concerne Crest, mais ça concerne aussi la Drôme en général, c’est que j’ai découvert que dans ce coin ci, il y a vraiment beaucoup de choses qui se passent, il y a beaucoup d’activités, il y a beaucoup de réflexion, d’activités alternatives aussi, que je trouve très intéressantes, je ne connaissais pas ça avant. Et puis, je trouve que Crest est assez dynamique quand même, il y a un bon marché, on y fait pas mal de rencontres. Voilà, c’est une belle ville médiévale qui demanderait à être un peu mieux arrangée, pour être un peu plus accueillante…
  • Passons à ce qui vous déplaît, à ce qui mériterait d’être amélioré…
  • Alors ça concerne Crest et puis les alentours de Crest, moi ce que je déplore vraiment, c’est que c’est une ville que je trouve très « quadrillée », c’est à dire qu’il y a beaucoup de contrôles, par rapport à cette ville et aussi au niveau des caméras de surveillance, de l’urbanisme… moi ce que je déplore surtout c’est qu’il n’y ait pas de possibilité de trouver de mode alternatif de vie, par exemple…
  • Vous entendez quoi par « mode alternatif de vie » ? Vous voulez passer de quoi à quoi ?
  • Passer par exemple d’une maison ou un appartement classique à un espace un peu plus à l’image de… de moi déjà ! Et peut-être de l’humain d’une certaine manière, avec un cadre extérieur qui soit agréable avec des constructions qui soient saines, qui soient belles, qui soient intégrées dans le naturel. Je parle par exemple des dômes, je parle des roulottes, des yourtes, des tynis (sortes de maison sur roues. NDLR)… donc des modes alternatifs de vie qui ont peu d’impact sur le naturel et qui sont systématiquement refusés, bloqués, menacés, avec des astreintes etc… Mais ce n’est qu’un exemple. Et puis on a un Maire, ancien Ministre, qui je trouve a un mode de fonctionnement qui est à mon sens assez radical, qui laisse peu d’ouvertures, qui est un peu « mono-idéal », d’une certaine manière, et moi je ne m’identifie pas à ça.
  • Allez, justement Paolino… Vous parlez du Maire, imaginons que vous lui succédiez… Vous êtes Maire de Crest, quelles sont vos premières décisions ?
  • Alors la première décision que je prendrais, si c’était possible, ce serait de faire un grand rassemblement de la population crestoise, avec toutes les générations, toutes les mouvances, et les orientations différentes. Mettre toute la population ensemble, pour qu’on puisse mettre sur la table les idées de chacun, les manières de voir de chacun, les évolutions de notre société, de la race humaine… moi, je vais loin… Je prendrais note de tout ce qui en ressort et j’essaierais de faire en sorte qu’il y ait une grande réflexion sur « comment est-ce qu’on s’imagine » dans un futur lié à l’humain. Si j’étais Maire, ma deuxième décision serait de définir le non-jugement. C’est à dire que je mettrais en avant, vraiment, le fait de ne jamais juger l’autre. On écoute les autres, ce qu’ils ont à dire, ce qu’ils pensent, de tous points de vue, mais sans jugement. Juste être à l’écoute, développer l’écoute, moins parler et plus écouter, voilà, j’essaierais de prendre cette orientation. Quand à ma troisième décision en temps que Maire, je porterais une réflexion importante sur l’avenir des enfants. De ceux qui seront là après nous, de ceux qui devront continuer à imaginer le monde, je leur donnerais une part importante, parce qu’avec leur petit vocabulaire, ils ont quand même pas mal de choses à dire, et ils le disent avec leurs propres mots, et surtout j’essaierais de… (rire), d’interdire, qu’on puisse parler au nom des enfants.
  • Paolino, je vais vous demander à présent de noter la ville de Crest, de 0 à 10…
  • Holala… J’aime pas les cotations déjà… Allez, je le prends comme un jeu, je lui mettrais un 7 sur 10.
  • Bonjour je m’appelle Pierre.
  • Bonjour je m’appelle Chloé.
  • Bonjour à tous les deux… Vous n’habitez pas Crest, même si vous connaissez très bien la ville, c’est ça Pierre ?
  • Oui, moi j’habite à Saou.
  • Et moi j’habite à Espenel.
  • Que pensez-vous de Crest ? Chloé, à vous de commencer…
  • C’est une très jolie ville, il se passe plein de choses alternatives, il y a souvent du monde, les gens sont souriants, c’est agréable de vivre ici. T’es d’accord Pierre ?
  • Ouais carrément, c’est une ville où ça bouge, où on vient boire un café au soleil, quand il y en a, non, c’est bien, on a tout en fait…
  • Chloé, vous ne voudrez pas si je cherche la petite bête, mais dites-moi, qu’est-ce qui vous déplaît à Crest ?
  • Bah, il n’y a rien qui me déplaît à Crest… (éclat de rire), ouais, c’est vrai, on vient juste pour passer de bons moments, donc il n’y a pas de points noirs je dirais.
  • Moi pareil… Ah si… Il n’y a pas de soleil sur la Place du Marché le samedi matin l’hiver. Voilà, c’est tout (rire).
  • Et si vous étiez nouvellement élu Maire de Crest, quelles seraient vos premières décisions ? Pierre… ?
  • Hola, j’en sais rien. Si… Interdiction de travailler le week-end ! (rire). Et toi Chloé… ?
  • C’est difficile comme question, on ne s’imagine pas Maire… ! Voilà, je mettrais encore plus d’événements qui rassemblent les gens, même si c’est une ville où c’est déjà pas mal le cas, j’essaierais de faire encore plus pour réunir les gens sur différents thèmes.
  • Quelle note de 0 à 10 pour la ville de Crest ? Pierre…
  • Moi je lui mets 9 sur 10. Et toi Chloé… ?
  • Allez, on va dire 8 sur 10.
  • Bonjour je m’appelle Mabrouk, je suis à Crest depuis 2018, j’ai eu une activité salariée ici, et ça se passe bien à Crest.
  • Moi, je m’appelle Youssah, mais je ne suis pas très à l’aise avec le micro, donc je préfère laisser Mabrouk vous répondre. Mais je vous le dis, je suis à Crest depuis l’année dernière, je cherche du travail dans le commerce. Allez Mabrouk, à toi la parole…
  • (sourire). L’été ça se passe bien, mais l’hiver il y a une baisse d’activité dans tous les secteurs, en plus il y a la crise du Covid, du coup l’économie est mauvaise, même au niveau des villages, il y a beaucoup de commerces qui sont fermés. J’espère que cette crise du Covid va vite passer pour relancer l’économie et tout ça dans les petits villages, parce que pour l’instant il n’y a pas beaucoup de commerces qui sont ouverts du coup.
  • Mais juste au niveau de la ville de Crest, qu’est-ce qui vous plaît et pourquoi pas, qu’est-ce qui vous déplaît ?
  • Au niveau de la ville les crestois sont sympathiques pour l’instant… Non ça va, j’y ai passé trois ans et je n’ai eu aucun problème, aucun souci avec les crestois. Au niveau de l’activité de la Mairie, ça va, mais ça ne va pas comme il faut… Par exemple au niveau des travaux du pont, c’est depuis 2018, du coup, le pont ça fait combien ? Ça fait presque 25 mètres… Pendant trois ans… ! Non, ça marche pas comme il faut ! Ça c’est le développement entre la Mairie et les sociétés privées. A part ça, au niveau des parkings, la plupart des parkings à côté de Carrefour, à côté du Champ de Mars, ils sont débordés. Il faut chercher une autre solution pour développer les parkings de la ville de Crest. Mais ça va quand même… ! Au niveau des activités tu trouves, il y a beaucoup de boîtes sur la zone industrielle, à Aouste ou ici.
  • Mabrouk, si vous étiez élu Maire de Crest, quelles seraient vos premières décisions ?
  • Bien organiser le centre-ville, parce que tu as vu les barrières elles sont cassées, deuxièmement associer les commerces pour investir dans la ville parce que la plupart des locaux sont fermés, et à part ça… faire des efforts pour empêcher les tags sur les murs de la ville. Mieux surveiller la ville, c’est ça.
  • Une note de 0 à 10 pour Crest ?
  • Je lui mettrais 7 sur 10.
  • Bonjour je m’appelle Julien et je suis arrivé au début 2018 à Crest.
  • Que pensez-vous de la ville du haut de ces quatre années de présence crestoise ?
  • Disons que démocratiquement, à 51%, je suis pour, du coup je suis là, voilà, j’aime bien cette ville, plus pour le côté Drôme, rivière, être à mi-chemin entre les montagnes du Haut Diois et la plaine valentinoise qui apporte un confort économique et social, ce qui est le truc le plus réaliste. Après si je pouvais changer les choses, si j’avais une baguette magique…
  • On va y venir… Mais qu’est-ce qui vous déplaît à Crest ?
  • Ce qui me déplaît à Crest, c’est ce qui me déplaît dans beaucoup de villes. On a créé de grosses infrastructures politiques, que sont les régions, je pense notamment à la région Rhône-Alpes Auvergne par exemple, qui a été menée par des gens d’ici, des ardéchois, et voilà… On a retiré la commune où le peuple est acteur et où il comble son besoin par l’activité sociale et économique, alors qu’elle est présente sur le territoire.
  • Vous semblez dire qu’on a dépossédé les communes de leur pouvoir d’action…
  • Déposséder, peut-être pas… J’ai vu un reportage sur les rats. Quand on met cinq rats ensemble, il y a deux dominants, deux dominés, et un indépendant. Moi je fais partie des indépendants, j’espère, je crois en tous cas, peut-être par orgueil… Voilà, il y a aussi une certaine soumission qui s’est installée parce que ce n’est pas facile de gérer, et que je regarde ma famille, une certaine tranche de la population n’ont pas envie de prendre des décisions, ont peur de prendre des décisions parce qu’il faut accepter de faire des erreurs. Donc on a laissé la politique s’installer dans une politique économique, qui eux ne prennent même pas de décision, mais sont sous tutelle de l’économie, et l’un dans l’autre ils se mélangent les pinceaux et on perd le contrôle du territoire. Donc c’est pour ça qu’ici on développe énormément le tourisme, et finalement on pourrait développer encore plus d’agriculture, encore plus d’autonomie, il y a un « Lidl » qui s’installe, alors ce n’est pas sur Crest, c’est à côté mais on continue à mettre des grands centres commerciaux, alors qu’on pourrait mettre des petits artisans. Donc la ville de Crest des fois elle est active, des fois elle est inactive. L’été ça bouge, tous les commerçants rouvrent, enfin il y a huit ou dix commerces qui ont pignon sur rue qui rouvrent en été, et qui ferment en hiver. Ce qui reste assez exceptionnel économiquement, créer de la faillite pour se remettre après dans le travail, ce n’est pas simple pour les acteurs locaux. Voilà, on subsiste économiquement grâce à ça, et comme on est dirigés par la région Rhône-Alpes et Lyon. Ce sont les habitants qui font leur ville, et les habitants de Crest sont des bonnes personnes un peu partout, mais c’est une ville qui est entre les deux, des gens de la ville ne savent pas trop où ils en sont donc ils viennent ici… il y a plus de mixité ici que dans certains endroits, dans certaines villes. Ici il y a une communauté tellement mixte, que du coup, il n’y a pas vraiment de communauté.
  • Et si vous étiez élu Maire de Crest, quelles seraient les premières décisions que vous prendriez ?
  • Déjà je ferais une gouvernance partagée, bilatérale, entre hommes et femmes puisque c’est la tendance actuelle, donc avec moi la Mairie serait tenue par deux personnes. Aussi la création d’un vrai conseil municipal avec beaucoup plus de gens, alors ça a été mis en place avec « Ensemble pour Crest » qui s’est bien battu, du coup la partie adverse a récupéré ses idées politiques en mettant des collégiales pour faire des discussions et proposent notamment des budgets participatifs pour s’accaparer ça. Donc, je ferais ça déjà. Puis je regarderais ce qui est logique économiquement sur notre territoire, voilà… ce n’est pas « ce que j’ai envie de faire », mais « ce qu’il faut faire », moi je suis en « parcours installation agricole », on a une terre argilo-calcaire, je ne vais pas faire pousser des sapins ici, ils sont très bien en Haute-Loire, il faut s’adapter au territoire. Il y a tout ici, on a une très belle région de nature qui nous offre énormément de possibilités.
  • Si vous aviez à donner une note à Crest entre 0 et 10 ?
  • Houla… ! Je ne mettrais que 5 sur 10.

Si mes comptes sont bons et pour récapituler, si je fais la moyenne des notes que j’ai pu récolter de la bouche de ces dix crestoises et des crestois, la ville de Crest obtient la note fort honorable de 7,18 sur 10.

A mardi prochain pour un nouveau rendez-vous avec celles et ceux qui vivent la Drôme passionnément et qui ne mettent pas leur sens critique au fond de leur poche.

Mathias Deguelle.

Une réflexion sur “LE MÉGAPHONE DU BRILLANT: CREST.

  • 7 avril 2022 à 16h49
    Permalien

    L’article est sympa mais ne pensez-vous qu’il manque un peu de points de vue féminins… au dela des femmes interrogées avec leur mari/compagnon, je veux dire.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.