LA BAUME CORNILLANE: LA PANGÉE.

Bonjour les Brillantes, bonjour les Brillants.

Pour ce nouveau Photogram, je vous propose une visite au centre du monde. Ou plutôt de l’ancien monde. Direction La Baume Cornillane et sa Pangée.

D’abord il faut savoir que le mot Pangée est un terme géographique, qui vient du grec, et désigne « toutes les terres ». Ce mot est donc attribué à un continent unique qui était autrefois formé des six continents actuels de la Terre. Ce qui nous ramène à la période Mézosoïque.

Donc, à La Baume Cornillane, nous serions pile au centre de la Pangée.

Allez, c’est parti, venant de Crest je prends direction Chabeuil et je suis la route de l’ail…

Soyez les bienvenus dans ce voyage qui va nous mener au centre du nombril du monde, bien loin de la gare de Perpignan, qui selon le peintre Salvador Dali a été pour lui l’objet, je le cite : « d’une éjaculation mentale (…) et d’une extase cosmogonique, puisqu’elle est le centre de l’univers ». Ouf…

Nous touchons presque au but, et déjà notre objectif se dessine au loin…

Je ne fais que traverser La Baume Cornillane, et je ne peux m’empêcher de rester littéralement en arrêt devant l’église de la commune de Monsieur le Maire Dominique Sylvestre. Devant ce temple et son toit multicolore.

À 13h 05, je quitte le village et je grimpe, car forcément toute Pangée qui se respecte doit se situer dans les hauteurs, une Pangée ne peut être souterraine, vous en conviendrez…

Allez, j’arrête un instant ma monture motorisée…

La belle affaire, un restaurant qui porte le nom de notre destination, l’occasion est trop belle, je vais en savoir plus sur mon mystérieux objectif, mais là… pas de chance, je tombe sur porte close et sur cette affichette que je me fais un plaisir de relayer…

Tel Don Quichotte livrant bataille contre d’improbables moulins, j’avance toujours, j’avance encore, et ma Rosinante à moteur commence à avoir le souffle court. Ah, un plan…

A ce moment, je donne un picotin d’avoine à mon scooter qui rechigne à picoter, mais qui m’accorde encore cet effort : environ 300 mètres de grimpe.

Ma mule mécanique ahane, je la laisse donc seule et termine à pieds. Je me retourne et derrière-moi, me fait face, le flou de ma monture, et puis tout le reste…

Cette fois j’y suis. Je me retrouve dans la peau d’un agent immobilier qui visite une maison qui autrefois fut une église paléochrétienne et qui mériterait bien quelques travaux.

Ou pas.

Le pic, l’acmé de notre visite, le belvédère du centre du monde est juste là… A portée de main. Je tiens bon, je gravis ce pic…

Que dis-je, cette péninsule!

Un panneau masochiste m’invite à emprunter des destinations qui sont pour moi hors de portée pédestre. En plus, les panneaux en question n’indiquent même pas la direction de Bamako, alors…

Et puis, je tombe alors sur un groupe de jeunes gens, biens sous tous rapports, propres sur eux, assis à même le sol, un peu comme sur la toile de Édouard Manet, « Le déjeuner dans l’herbe », la nudité en moins.

Nous faisons connaissance.

  • Bonjour, moi c’est Éloise, alors je connais bien les lieux parce que j’habite ici, donc la Pangée je connais par cœur évidemment… (rire), du coup oui, je sais que la Pangée est le centre du monde quand il y avait tous les continents réunis. Mais j’ignore comment ils ont calculé le centre de ce monde. Vous vous rappelez ? Je crois qu’on l’a appris en troisième…
  • Oui, alors moi c’est Andéol, je pense qu’en fait c’est le centre d’un ovale…
  • Ok, donc on passe du rond à l’ovale, attention vous n’êtes pas loin du complotisme et de la fumeuse théorie qui prétend que la terre est plate… Plus sérieusement, est-ce que vous trouver au centre du monde, ça a des effets sur votre esprit, est-ce qu’être ici, alimente chez vous un sentiment de toute-puissance ?
  • Non, nous on en rigole parce qu’on y habite, et pour toi Samuel, c’est un peu le seul coin tranquille que tu pouvais nous proposer (rire)…
  • Oui, alors moi, c’est Anaelle, et j’ai mes grands-parents qui habitent à La Baume, donc oui, c’est pareil, la Pangée, je connais…
  • Allez, je vais vous tester, cette Pangée selon vous, elle remonte à combien d’années ?
  • Ho lala, alors là, j’en sais rien…
  • Cinquante millions d’années, peut-être… ? Non en vrai je ne sais pas…
  • Allez, je vous donne la réponse : c’était il y a 240 millions d’années. Donc juste un poil avant votre naissance. Merci à vous tous, bon après-midi.

Je laisse les jeunes qui déjeunent.

Et je continue la visite de ce lieu à la beauté minimaliste, et vraiment, je suis fasciné par cet endroit.

Je suis en hauteur, je suis au centre. Et je domine.

Pardon… Je m’égare un peu, il n’en demeure pas moins que la Pangée offre à ses visiteurs une position unique pour fantasmer. Du genre: je suis maître de l’Olympe, je suis Zeus et je décide que…

Hum, pardon, rien de grave, ça va me passer. Reprenons.

Je subis sans doute le magnétisme de ses ruines, et je ne peux me résoudre à les quitter sans vous les faire partager.

Et puis, enfin rassasié, je m’apprête à quitter le centre de ce monde, pour revenir à sa périphérie actuelle, et soyons franc, je le fais à contre cœur, comme si je ressentais la peur du manque.

Mais il faut au moins qu’une fois dans sa vie, et de façon provisoire, ressentir tous les bienfaits mégalomaniaques d’être au centre de soi-même…

Cependant, et pour conclure ce Photogram, je constate que tout passe, et que finalement le minéral perd toujours contre le végétal.

Sur la route du retour j’en finis avec mes divagations pour me trouver face au vivant animal cette fois…

Et confirmation est faite : cet été le végétal a eu lui, un véritable ennemi : la chaleur.

À vous, les amis de la promenade, à vous les amis des beaux paysages et de l’énigme que recèlent nos vieux murs, à vous qui voulez pour un instant connaître le frisson de vous trouver au centre d’un monde passé sans que personne vous en fasse reproche, à vous tous… foncez vers la Pangée !

Textes et photos : Mathias Deguelle.

Une réflexion sur “LA BAUME CORNILLANE: LA PANGÉE.

  • 25 août 2022 à 21h04
    Permalien

    Je vous avez écrits peu de temps après votre vidéo de montmeyran et émis l’idée d’aller à la baume cornillane. Il semblerait que cela vous ai plu… Reste juste un peu de marche pour aller à la cascade et la grotte de la dame. Petite précision c’est un temple protestant pas une église catholique.. La baume village protestant depuis toujours

    Cordialement
    Marie-Anne

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.