CREST: FÊTE DU SPORT, POMPIER BON OEIL.

Bonjour à tous, heureux de vous retrouver.

Aaahhh… Les pompiers… ! Le prestige de l’uniforme… ! Le rouge et leur Pin-Pon. Les pompiers sont pour moi, les derniers héros des temps modernes. Ils viennent au secours de la veuve et de l’orphelin, et puis ils combattent l’ennemi / ami de l’homme depuis la nuit des temps : Le feu. Les pompiers sont nos Prométhée. Maintenant est-ce que les pompiers peuvent être résumés à leurs « simples » missions ? Nous allons le voir la réponse est non. lebrillant.fr vous propose de faire la connaissance avec, si ne n’est des soldats, en tous cas, des athlètes du feu. Nous allons vous faire voyager dans une fête spectaculaire, « la fête du sport » qui s’est déroulée ce vendredi dernier le 25 juin. Nous sommes donc, avec appareil enregistreur et appareil photo dans l’Espace Soubeyran à côté du skate-parc de Crest. Première rencontre, Monsieur le Maire, Hervé Mariton qui se montre grand lecteur des articles du brillant. Nous l’en remercions. Nous pénétrons dans l’enceinte au trois quart pleine, jauge sanitaire oblige. Sans plus attendre je me dirige vers le porte-parole des pompiers du Rhône, ceux-là même qui vont faire le show ce soir.

  • Bonjour, je m’appelle Kelvin Mounard, je suis Président de l’équipe des sapeurs-pompiers du Rhône et de la métropole de Lyon
  • Vous êtes professionnel ?
  • Alors nous sommes composés de sapeurs-pompiers professionnels, on a également des sapeurs-pompiers volontaires, et on a aussi de jeunes sapeur pompiers qui sont en cursus d’apprentissage, pour devenir plus tard sapeur pompier pro ou volontaires à long terme.
  • Parlez-nous de l’étendue de vos missions.
  • Alors le registre de nos missions va à la fois du « secours à personne », donc ça implique parfois des sauvetages sur la voie publique, et puis bien sûr il y a les missions qui sont de l’ordre de l’incendie, notamment les feux de structures, et puis il y a une partie, plutôt méconnue du grand public, qui va du sauvetage en milieu périlleux, mais aussi dans les ascenseurs, pour les nids de guêpes etc…
  • Nous allons parler du spectacle que vous proposez ce soir, mais avant j’aimerais de deux mots que vous évoquiez la crise qui vous a impactée l’année dernière… On s’en souvient, plein de casernes étaient en grève. Quelles ont été les retombées pour les pompiers ?
  • Ecoutez, je suis ce soir dans un cadre associatif, on représente l’association spéciale des « Sapeurs-pompiers » du Rhône, là si je communique avec vous se sera exclusivement pour parler de notre spectacle…
  • Vous me faites le coup de la langue de bois ?
  • Pas du tout, pas du tout… Bon… (…) Après on a eu une augmentation d’une prime indiciaire, qui n’avait pas été augmentée depuis très longtemps. Les élus nous ont permis de revaloriser notre salaire, face à la hausse des sollicitations en terme d’interventions. On est tous reconnaissants, c’est vrai que ça fait du bien d’être revalorisé.
  • Parlons de votre spectacle. Vous vous en doutez avant de venir mon premier réflexe a été d’aller sur Youtube est de regarder la prestation que vous avez livrée dans l’émission « La France a un incroyable talent », et ce qui m’a beaucoup étonné c’est que plus que de simples pompiers, j’ai vu des gymnastes.
  • Exactement. La base d’entrée chez les sapeurs-pompiers, initialement était la gymnastique, ce qui explique sans doute que notre association compte plus de 80 ans d’existence, parce que les prérequis pour devenir sapeur-pompier professionnel ou volontaire était de passer des épreuves gymniques, donc c’est resté, cet entraînement a perduré et aujourd’hui on l’a fait évoluer, comme vous allez le voir ce soir dans ce spectacle acrobatique.
  • Mais j’ai du mal a réunir les deux disciplines. En quoi la gymnastique s’applique sur le terrain ?
  • La gymnastique s’applique sur le terrain tous les jours parce que c’est un métier qui demande beaucoup d’agilité, de force… on est un peu « les bricoleurs du dernier recours », on nous appelle quand il n’y a plus d’autre choix, quand c’est grave, quand on a n’a pas de solution, donc c’est à nous de trouver la solution et on a un mot qui définit très bien les Sapeur-pompiers, c’est : l’adaptabilité. Et en gymnastique c’est prépondérant. La condition physique est indispensable. Mais comme tout, c’est une histoire de gestion, on ne rentre pas dans l’hyper sport…

  • Bon… On va se griller une clope ?
  • (rires) Moi je ne fume pas… D’ailleurs est-ce que vous savez d’où vient l’expression « fumer comme un pompier » ?
  • Maître, à l’écoute de vos mots, je suis.
  • Et bien, l’expression « fumer comme un pompier », ça vient de nos anciens équipements qui étaient en cuir. Et donc, qui conservaient énormément la chaleur corporelle, et quand les sapeurs-pompiers faisaient un feu ou une intervention qui demandait beaucoup d’énergie, ils enlevaient leur cuir et ils fumaient… comme un pompier. Je vais devoir vous quitter mais pour en savoir plus dites bien à vos lecteurs qu’ils peuvent se connecter sur www.equipespeciale.com

Ah… Je dois chuchoter, au moment où je quitte Kelvin (combien de degrès?), Hervé Martion, Monsieur le Maire fait un discours inaugural. Je n’en retiendrais que de belles « punch lines ». Je cite : « Le sport c’est pas fait pour se prendre la tête ». « Après la crise Covid, il ne faut pas que le lien humain s’effondre », « c’est important de faire du sport quand on a un peu plus de vingt ans »,

Bien, bien, bien… le brillant.fr note que ce fut l’occasion pour Monsieur le Maire de remettre à Marie-Hélène Arnaud, la médaille de la Ville pour ses engagements bénévoles. On le constatera, Marie-Hélène, comme à son habitude, restera discrète, mais il était important à nos yeux de la citer dans nos colonnes

Ensuite il y eu un long discours de l’amicale bouliste. Bon. Tu pointes, j’me tire. Enfin pas vraiment.

Ma tête-tourelle se tourne et je prends en flagrant-délit de bricolage, un pompier-pyromane.

  • Je m’appelle Gilles. Je suis membre de « l’équipe spéciale » depuis plus de 30 ans, je suis ancien secrétaire, et je suis toujours dans le spectacle et je m’occupe des artifices sur le montage des spectacles.
  • Est-ce que vous pouvez nous expliquer ce que vous êtes en train de faire précisément, en ce moment ?
  • Alors, pendant le spectacle on a de la pyrotechnie, et donc j’installe tout ce qui est artifice.Vous verrez le spectacle il y a beaucoup de pétards qui vont claquer, de torches qui vont bruler… Donc voilà, comme je suis un des seuls à connaître le job, c’est devenu mon rôle.
  • C’est amusant, l’une de vos missions c’est d’éteindre le feu, or vous vous le faites vivre.
  • Mais le feu est autant un ennemi qu’un copain.
  • Qu’un copain ?
  • Oui c’est un copain qu’on combat. C’est aussi un ennemi avec qui on s’amuse. Parfois au péril de nos vies. Ce qui est important avec le feu c’est de ne cesser de vouloir le comprendre
  • Ce soir vous êtes l’expert en pyrotechnie, vous ne redoutez pas le risque d’accident ?
  • Bien sûr, il y a une part de risque, on garde les distances de sécurité avec le public quand ça pète, mais ce sont des artifices avec des flammes froides et donc normalement il n’y a pas de risque.
  • Flamme froide ?
  • C’est du pétillant, ça pique légèrement, mais il n’y a pas de risque d ‘incendie.

  • Est-ce que ça vous chagrine si je vous traite de « pompier-pyromane » ?
  • (éclats de rires) Non, non, non… Mais c’est vrai qu’on aime beaucoup le feu, tous nous voulons, nous désirons le domestiquer, ça c’est sûr… Il joue avec nous, on joue avec lui, c’est une bataille où il est important de comprendre l’adversaire. Mais l’homme gagne toujours contre le feu…

Une pensée m’amuse, une fête avec des pompiers alors qu’il n’y a plus de couvre-feu.

Ne me déconcentrez pas.

  • Bonjour je suis Sarah Duvauchelle, je suis conseillère municipale déléguée aux associations, aux commerces et au bien-être de la ville de Crest.
  • Je retiens « bien-être », comment on assure le bien-être des citoyens ?
  • C’est un débat très vaste… Mais oui, le sport est notamment un vecteur de bien-être, dans la mesure où ça peut permettre de se libérer de charges liées aux tensions au travail, les tensions familiales, peu importe… Tout ce qu’on peut subir… Lié notamment aux effets du Covid. Le sport me paraît essentiel pour aller mieux, et retrouver une énergie positive.
  • Tout comme la culture, elle peut…
  • Oui, oui… Bien sûr. Je pense que tout se rejoint, tout ce qui nous apporte du plaisir apporte du bien-être. Que se soit dans la pratique du sport, de la culture ou de la création artistique, le plaisir reste fondamental pour notre équilibre.
  • Cette remise en route des spectacles « post Covid » n’est pas trop pesante ?
  • En fait, oui et non, parce qu’on était toujours derrière eux, on a essayé de les soutenir au mieux, de trouver des solutions. On a essayé de moduler au maximum. Après, c’est vrai qu’avec certaines associations c’était un peu plus compliqué, mais on fait tout pour palier au mieux cette crise.
  • J’imagine qu’il vous a été donné de rencontrer des adolescents à la limite du burn-out ou de la dépression…
  • Oui il y a des pré-ados et des ados qui se sont trouvés isolés, un peu démunis, qui se sont sentis délaissés. Mais je profite de la parole qui m’est donnée par lebrillant.fr pour le dire, il faut que ces jeunes reprennent contact avec leur association ou club de sport, de recréer du lien avec leurs camarades, avec leurs coéquipiers… Parce que c’est important, ça créé une dynamique, ensemble on est plus fort. Le lien, il est toujours là. On l’a juste un peu oublié c’est tout, il faut juste juste le faire renaître.

Allons-y pour le plus beau des pléonasmes : je sors dehors. J’étais en train de m’en griller une quand…

  • Bonsoir, je m’appelle Sébastien. Je suis Sapeur-pompier volontaire, sur la commune de Crest, je suis également au club de gym, et pleins d’autres associations sportives, comme le marathon et tout ça…
  • Séb, comment se fait-il que nous nous rencontrions ici entre l’entrée de la salle et le parking ?
  • Parce que quand certains font le show, d’autres sont d’astreinte, de garde et veillent à la tranquillité des citoyens, si il y a un soucis on peut porter secours. Mais avant toute chose, c’est la fête du sport et des Sapeurs-pompiers qui veulent remercier Marie-Hélène ARNAUD.
  • Parlez-nous de Marie-Hélène Arnaud, j’ai essayé de la rencontrer, mais en vain…
  • Marie-Hélène, c’est une dame qui est très discrète, mais qui fait beaucoup de choses pour les activités sportives, sur le cyclotourisme, sur les jeunes Sapeurs-pompiers, elle gère l’administratif et croyez-moi, c’est énorme, voilà Marie-Hélène c’est tout ça, et bien plus encore…
  • Revenons à vous Sébastien, pendant que vos collègue vont faire des cabrioles, vous vous êtes de garde ? C’est trop injuste… !
  • Bon c’est des collègues oui, mais eux ils sont du Rhône, et nous on est de la Drôme… (rires). Mais il n’y a pas de différence, la preuve je suis aussi gymnaste et ça ne m’aurait pas dérangé d’être avec eux
  • Est-ce que cette culture de la performance n’est pas aussi la culture du corps ?
  • Honnêtement non, parce que justement nous avons à cœur de casser cette image des pompiers qui seraient tous des bodybuilder, c’est fini cette époque là, ce qu’on souhaite c’est des personnes, comme « Monsieur tout le monde », mais qui puissent apporter secours à son prochain, par des gestes très simples… on fait un malaise, on a les bons réflexes, on met la personne dans la bonne position, tout simplement.
  • Et là, comment vous expliquez la double-téquila que vous avez dans la main.
  • (éclats de rires), non vous rigolez… Pas d’alcool !
  • Séb, vous estimez avoir une hygiène de vie irréprochable ?
  • Oui parce qu’on m’a appris étant plus jeune, à manger équilibré, varié, en fait je pense que tout le monde devrait faire attention.
  • Donc pas de cigarette, pas d’alcool, et n’en parlons pas… Pas de pétard! C’est pas trop contraignant, d’être toujours dans une forme d’autosurveillance corporelle ? Vous ne lâchez jamais prise ?
  • Vous rigolez ? On se lâche! Mais après on travaille, on s’entraîne… Parce ce qu’il faut répondre quand on nous appelle.
  • Donc Sébastien, vous rentrez à la caserne, c’est quoi le programme pour vous ce soir ?
  • Bah, là je vais préparer le retour de l’équipe qui fait le spectacle, on va s’organiser pour qu’ils puissent prendre une bonne douche et se restaurer…
  • Sincèrement. Vous êtes une famille ?
  • C’est une très grande famille, c’est un plaisir… C’est comme le bénévolat.

Pour finir, j’ai rencontré Coline… Ah Coline… ! Douce à l’écoute, belle au regard. Coline qui ne me cacha pas son admiration pour l’évocation sexy de l’uniforme bleu liseré rouge… (oups, désolé Coline, je m’emporte), plus sérieusement Coline ne me cacha pas toute l’admiration pour le dévouement et l’implication des pompiers. Mais après tout, comme me le dit Coline, prestige et uniforme sont compatibles !

J’en suis même la preuve vivante.

Les incendies d’habitation, et de forêts nous le prouvent : après l’homme, le plus grand prédateur a été et reste le feu, respectons celles et ceux qui le chassent et le combattent.

Ah oups, pour celles et ceux qui ont tout loupé, nous avons le numéro téléphone des pompiers gymnastes et sexy !

Mathias Deguelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *