CREST: ET SI ON PARLAIT DE CETTE RENTRÉE SCOLAIRE 2022 ?

Bonjour les Brillantes, bonjour les Brillants.

Trousses avec stylos et crayons ? Ok.

Cartable avec cahiers ? Ok.

Livres divers et variés ? Ok.

Motivation ? Hum… Allez, on va dire, super Ok !

Même pas une petite boule au ventre. La météo est clémente, les parents ne le sont pas moins, et à priori cette rentrée scolaire s’annonce sous les meilleurs hospices. Pourtant, vous allez le lire, à Crest, cette rentrée a quelque chose de très singulier : effectivement, cette rentrée 2022 marque un retour pour les enfants à la semaine de quatre jours, alors que précédemment elle était de quatre jours et demi.

Pour résumer les quatre jours d’écoles sont l’œuvre du Président Sarkozy, les quatre jours et demi sont l’œuvre du Président Hollande, quant au Président Macron, tel Ponce Pilate, il s’en est lavé les mains en déléguant à chaque commune le choix de décider, entre quatre jours ou quatre jour et demi d’école…

Chez nous, à Crest, Monsieur le Maire Hervé Mariton, s’est battu bec et ongle pour la préservation des quatre jours et demi, mais les parents d’élèves ont eu raison démocratiquement de ce choix. Donc les enfants cette année vont être scolarisés quatre jour par semaine. Voilà, j’espère avoir été clair, pour cette présentation succincte, maintenant et puisque rien n’est simple, il me faut aussi préciser que la semaine de quatre jours et demi avait un avantage : celui d’offrir des occupations périscolaires du type équitation, sport, etc… bref… dans ce méli-mélo, il me fallait en savoir plus. Beaucoup plus…

Et donc, à tout seigneur tout honneur… Parole à l’homme de la situation :

  • Bonjour, je suis Thierry Guilloud et je suis élu municipal délégué à l’éducation et à la formation professionnelle au sein de la Mairie de Crest, donc j’ai en charge tout ce qui concerne les écoles maternelles et élémentaires, plus la représentation de la commune dans les collèges et lycées qui se trouvent sur le territoire de la commune.
  • Au point de vue national, il se dit qu’il y aurait à minima 4000 enseignants qui cette année serait manquants à leur poste. Est-ce que Crest vit elle-aussi cette pénurie d’enseignants ?
  • Alors à Crest nous n’avons pas de manque de professeurs, heureusement pour nos enfants et pour nos écoles. J’ai eu l’occasion de prendre connaissance de ce chiffre, et de tous les articles qui ont pu être écrits sur le sujet pour la rentrée scolaire nationale, mais ce qu’il faut savoir c’est que dans l’éducation nationale il y a près de 900 000 professeurs, soit des professeurs des écoles, des professeurs des collèges ou des professeurs des lycées, et qu’il y en a près de 70 000 qui sont des contractuels, donc nous n’avons pas aujourd’hui uniquement des professeurs qui ont réussi le concours et qui sont agrégés, ou certifiés. Alors oui, il y a actuellement un grand nombre de contractuels.
  • Que pensez-vous de leurs formations dédiées, de ces 4000 contractuels manquants, une formation qui ne dure pas plus de quatre jours !
  • Oui, d’ailleurs il y a une blague qui circule actuellement sur les réseaux sociaux, qui dit  que c’est que bientôt la formation du Bafa (le Brevet d’Aptitude aux Fonctions d’Animateurs. ndlr), qui sera plus longue que la formation pour devenir professeurs (sourire). Non, en fait, ce qu’il faut savoir, c’est que les près de 70 000 contractuels qui sont déjà dans l’éducation nationale, ont eu des formations beaucoup plus longues. En attendant, ce que prévoit le nouveau Ministre de l’Éducation Nationale, c’est de faire passer des concours spécifiques à tous les recalés des concours précédents, pour leur permettre d’intégrer leurs postes, et oui… eux vont devoir se retrouver rapidement en poste et donc ils vont effectivement avoir une formation très courte. Après, 4000… sur 900 000, la proportion reste relativement faible.
  • Et si Monsieur Guilloud, je vous demandais de vous plier à l’exercice de la comparaison… Quel regard portez-vous sur l’époque de l’école « de votre temps » en comparaison avec celle d’aujourd’hui ?
  • Alors moi mon point de vue il est très simple, c’est d’abord que j’ai eu la chance d’être scolarisé, et je faisais partie de ces jeunes gamins qui étaient quarante par classe, et où on n’entendait pas une mouche voler. Bon je précise que j’ai 61 ans cette année, donc évidemment, le respect des gamins envers l’adulte n’était pas tout à fait le même qu’aujourd’hui, voilà… des classes de quarante enfants tout à fait disciplinés, ne posaient pas les mêmes problèmes que nous rencontrons aujourd’hui, qui eux amènent effectivement les enseignants à montrer du doigt certaines problématiques alors que leurs effectifs dépassent les vingt-cinq élèves par classe. Ensuite j’ai eu la chance d’avoir trois enfants, et j’ai bientôt six petits-enfants, et j’ai été pendant vingt ans responsable des parents d’élèves, dont douze ans de Présidence, donc j’ai vu l’évolution, et c’est vrai que sur ce sujet j’adresse de grosses félicitations, et j’admire les enseignants car oui, les enfants sont beaucoup plus turbulents et fatigants que de mon temps, et on le sent bien, la gestion dans les familles, n’est pas la même qu’à l’époque, et donc il y a beaucoup de choses qui aujourd’hui reposent sur les épaules des enseignants.
  • Selon vous il faudrait donc pénétrer dans l’intimité des familles pour les éduquer ?
  • En vérité il y a plusieurs problématiques et non pas une seule. Une de ces premières problématiques c’est effectivement l’évolution de la société où l’enfant a désormais une place qui est en pleine évolution, et se rapproche d’un positionnement presque égal à l’adulte, et quand on casse les cadres et qu’on ne les remplace pas par un autre cadre suffisamment compréhensible et compris par tous, alors là, ça amène à ces problématiques. Les enfants, quoiqu’il en soit, on ne peut pas les éduquer comme à mon époque, car s’il n’y a pas de cadre qui est pris en compte, alors nous faisons face à des problématiques de comportement, et ça c’est un sujet qui se place globalement au niveau de la société et au niveau de l’ensemble de nos familles… les familles ne sont pas aidées par l’évolution de la société, ça c’est une évidence.
  • Alors nous allons pouvoir lire les réactions des parents d’élèves qui ce matin sont venues déposer leurs enfants ici à l’école Anne Pierjean, et naïvement, moi je me suis dit que ce passage de la semaine de quatre jours et demi à la semaine de quatre jours allait être le sujet brûlant de cette rentrée, or il n’en fut rien… Le bras de fer qui a eu lieu entre Monsieur le Maire et les parents d’élèves a été perdu par Hervé Mariton, pouvez-vous Monsieur Guilloud revenir sur cette passe d’arme ?
  • Alors, comment ça s’est passé ? Moi j’ai été au côté d’Hervé Mariton sur cette problématique, et il se trouve que j’étais même présent, il y a 25 ans en arrière, lorsque Hervé Mariton, de façon très novatrice, a mis en place les activités périscolaires, dans un rythme à l’époque à quatre jours, ensuite ces activités périscolaires sont donc devenues une obligation, pour les communes qui avaient des écoles au rythme de quatre jours et demi, et comme le rythme sur Crest est donc passé à quatre jours et demi, les activités périscolaires, dans un cadre législatif, se sont poursuivies. Vous me suivez ? Aujourd’hui la problématique que nous avons eu, c’est que les enseignants, à part certains, mais pour une grosse majorité des enseignants des écoles de Crest, ont poussé pour passer au rythme à quatre jours, tout simplement parce que le rythme à quatre jour est le rythme de 95% des écoles en France, alors que les quatre jours et demi sont le rythme législatif au sein de l’éducation nationale, alors voilà… c’est malheureusement un peu technique mais le rythme de quatre jours est une dérogation, une dérogation qui comme je vous le disais, est appliquée par 95% des écoles nationales. Donc quand certains enseignants arrivent sur Crest, ils ne comprennent pas forcément qu’ils doivent passer à quatre jours, alors qu’ils viennent d’écoles qui sont à quatre jours et demi, vous comprenez ? Du reste, cette formule à quatre jours ne leur permet pas de venir le mercredi matin à l’école. Alors que jusqu’à présent ils n’avaient pas réussi à convaincre une majorité de parents qui souhaitaient conserver la semaine à quatre jours et demi avec les activités périscolaires, et là… au dernier conseil des votes d’écoles, parents comme enseignants, ont fait le choix de voter à une large majorité pour le rythme à quatre jours, la Mairie s’est donc inclinée, puisqu’on ne peut pas aller à contre-courant éternellement, et donc le Directeur des services de l’Académie a pris son arrêté du passage à quatre jours.
  • Ce que j’ai toutefois découvert, et les lectrices du brillant.fr vont le lire dès que vous et moi en auront terminé, c’est que cette semaine de quatre jours et demi, ne concerné pas les tous petits, et que donc pour des parents qui avaient un enfant en petite section, et un autre, plus grand, en grande section… Bah, ils se retrouvaient avec deux horaires de sorties différentes…
  • C’est vrai, mais j’objecterais que quand nous avions des semaines à quatre jours et demi, c’est-à-dire pour des enfants de 6 à 10 ans, alors que les écoles maternelles, qui concernent les 3 à 6 ans, il avait c’est vrai, un rythme de quatre jours, donc là, oui je vous rejoins, il y avait des familles qui avaient des enfants en maternelle et en élémentaire qui se heurtaient à cette différence d’horaire. Sauf qu’aujourd’hui la Mairie de Crest a répondu à cette problématique, puisque tous les enfants issus d’une même fratrie, avaient la possibilité de bénéficier de toutes ces  activités ou de rester en garderie, gratuitement, je le précise. Le tout en attendant que les parents puissent venir les chercher ensemble. Donc il n’y avait pas vraiment de difficulté inhérente, si ce n’est psychologique, puisque un des deux enfant pouvait finir à une heure et l’autre plus tard. Non, vraiment, je ne le pense pas, ces décalages horaires ne pouvaient poser des problèmes immenses à mon sens.
  • Thierry, le périscolaire, ça s’inscrit réellement dans le cadre éducatif ?
  • Le périscolaire, ce n’est pas du scolaire, en revanche il y a une démarche pédagogique indéniable dans la continuité du scolaire. Et c’est pour ça que la municipalité de Monsieur Mariton et de tous ceux qui m’ont précédés, ont toujours eu à cœur de faire évoluer les activités périscolaires avec de plus en plus de qualité, de plus en plus de pédagogie, le tout encadré par des gens de plus en plus formés. Il faut quand même garder en mémoire qu’à l’époque, il y a 25 ans, c’était relativement simple : des petites activités, dans l’école, après la classe, et après on a monté en gamme, ça a demandé beaucoup de moyens, pour finalement aboutir vers des activités de style extérieures à l’école, comme par exemple le poney, l’escalade ou autres… Donc et j’insiste sur ce point, ce sont des activités ouvertes à tous les milieux sociaux. Donc, si vous voulez, il y avait un côté ludique, un côté pédagogique, et donc tout ça va en partie disparaître, puisque on l’aura compris, finir à 16h 30 entraîne la fin de toutes ces activités périscolaires… En revanche maintenant il y a une garderie jusqu’à 18h. Alors là encore, je me suis battu, et Monsieur le Maire est allé dans mon sens pour conserver des « mini-activités » dans les murs des écoles, pour ne pas se limiter à cette seule fonction : la garderie « bête et méchante », où les garçons s’envoient un ballon, et les filles jouent à la marelle.
  • Vous allez m’autoriser cette boutade, les écoles de Crest ne vont pas devenir des centres avec concours de kartings et jeux de piscines…
  • Je comprends bien la boutade, les activités ne seront pas « de folies », mais il y aura tout de même des activités dédiées aux enfants pour qu’ils puissent profiter de ces temps de garderie, il y aura des encadrants qui vont gérer ces mini-activités. Vous savez, l’année dernière nous avons mis en place l’aide aux devoirs, et cette aide nous allons évidemment la conserver.
  • Monsieur Guilloud, pour vous elle ressemble à quoi l’école de l’excellence ?
  • Houla… ! Alors, pour moi l’excellence est un bien grand mot, et moi du haut de mes 61 ans, je me suis rendu compte que si déjà on fait bien son travail, et qu’un cadre est mis en place pour les enseignants et pour les enfants, et que ce cadre convient également aux parents, et bien on peut alors déjà dire qu’on a bien bossé. Et l’excellence est un mot qui me dépasse un peu, donc si déjà nous sommes dans le bien et dans le bon, on aura bien fait notre boulot. Maintenant si, quand les journées se terminent, que les enseignants se posent pour réfléchir à la journée qu’ils viennent de vivre, que les enfants rejoignent leurs parents pour rentrer chez eux, et si tout le monde est content, alors on aura été excellents. Mais vous ne l’ignorez pas, ici à Crest nous avons un Maire qui a été Député et Ministre, et qui a une certaine stature qui lui donne la possibilité de discuter d’égal à égal avec des responsables de l’éducation nationale… pour autant, dire qu’on obtient tout ce qu’on souhaiterait, je suis bien obligé de dire que ce n’est pas toujours le cas, mais nous faisons chaque été des travaux dans nos écoles, ce qui comprend entretien des sols, peintures, mais nous faisons également des rénovations, je pense à la coursive de l’école Charles Royannez, et bien ça représente un montant de 48 000 Euros, on a changé les systèmes de chauffage de l’école Anne Pierjean, pour un système plus durable, et nous comptons faire de même pour Royannez, et Chandeneux, on refait de l’isolation, on végétalise les cours d’école, et donc oui, on peut le dire, on fait de notre mieux pour l’excellence crestoise !
  • Papi, est-ce que vos petits-enfants ont fait une bonne rentrée ?
  • (rire), oui celui de 10 ans est rentré en CM2, pour sa dernière année en élémentaire, donc voilà… la relève est en place (éclat de rire).

Moi, vous commencez à me connaître, les élus, à force de pratiquer leurs éléments de langage du genre : « tout est très beau dans le meilleurs des mondes », moi  je demande toujours à vérifier. Je veux me colleter avec le réel, et le réel c’est vous, les mamans, les papas, qui à 8h 15 amenaient leurs enfants devant la porte de l’école Anne Pierrejean à Crest, pour y déposer de petits colis à deux jambes qui n’avaient de cesse de dire « c’est bon maman, je vais me débrouiller, tu peux partir maintenant ».

Je tends donc mon micro a ces mamans et ces papas, entre soulagement et mélancolie :

  • Mon prénom c’est Abdel, pour moi c’est comme l’année dernière, plein de bonnes sensations, content de les laisser aussi parce que voilà, on les a eu pendant toutes les vacances, on a bien profité, et puis là, ça fait du bien de souffler un peu (rire), alors je voyais que vos interviews concernaient le passage des quatre jours aux quatre jours et demi, donc avant que vous ne me posiez la question, je vous le dis : pour moi c’est une bonne disposition, parce que ça nous permet à nous parents, de venir, que quatre jours au lieu de cinq, donc oui, c’est une bonne chose.
  • Et sur ce qui concerne désormais l’absence des activité périscolaires ?
  • Alors là, je vais vous laisser discuter avec la maman, parce qu’elle est plus au fait sur ce sujet…
  • Oui, bonjour, donc la maman c’est moi, et je m’appelle Solène. Et je tiens à préciser que des occupations périscolaires, il n’y en avait pas depuis la petite section, et pour les maternelles il n’y en a plus depuis plusieurs années, donc ça ne change rien pour nous. Mais sur le principe je trouve ça dommage, parce qu’avant, il y a une petite dizaine d’années, on était déjà à quatre jours, et il y avait des activités périscolaires, donc pour moi, quatre jours ou quatre jours et demi, je ne suis pas sûre que ce soit un véritable argument. D’après moi, l’un n’empêche pas l’autre, et puis, pour avoir vécu les quatre jours et demi, avec des petites sections, et bien c’était très très fatigant pour eux, ils avaient des semaines à rallonge, parce que si le matin ils apprennent bien, certes c’est une chose, mais ils enchaînaient sur les après-midi et on les retrouvait le week-end, complètement épuisés. Et vraiment, il y a un problème de fond dans le sens où les maternelles étaient à quatre jours l’année dernière, alors que les primaires étaient restées à quatre jour et demi, et en fait, c’était très problématique pour les parents qui récupéraient, par exemple les grands à 15h 45, et les petits à 16h 30, donc il y avait ¾ d’heure de battement, donc les parents se retrouvaient à devoir attendre avec les grands, ou alors devoir faire des aller-retours, voilà… c’était compliqué et pas très correct dans le sens où ce n’était pas pensé ni pour les enfants, ni pour les parents.
  • Qu’est-ce qui a fait basculer les quatre jours et demi vers les quatre jours ?
  • Ce sont les parents d’élèves qui ont effectivement, après un sondage, voulu repasser aux quatre jours, et uniformiser les deux écoles, parce que pour les parents qui ont des enfants qui sont et en primaire, et en maternelle, il faut que ce soit harmonieux, pour éviter ce genre de décalages horaires, mais la décision finale, il me semble qu’elle revient à la Mairie qui s’est pliée très tardivement, parce que parler de l’absence des activités périscolaire  c’est bof-bof parce qu’au final c’est une punition pour les enfants, alors que nous en tant que parents on ne pense qu’à leur intérêt, et… comment dire ? À leur endurance… parce que les récupérer le vendredi… alors, il faut le savoir, « ils » avaient mis la semaine de quatre jour et demi parce que les « chronobiologistes », disent qu’on apprend mieux le matin. Ce qui est vrai, dans beaucoup de pays ça se vérifie, le problème c’est qu’ici on apprend mieux le matin mais il faut aussi tenir le coup l’après-midi, donc nous sommes entre deux rythmes, et finalement c’est trop lourd pour nos enfants, et les récupérer à15h 45, il y a très peu de parents qui pouvaient le faire, donc ça veut dire que c’étaient des enfants en attente, en périscolaire, donc ça faisait pour eux des journées énormes, pour des enfants de tout juste trois ans, et je peux vous le dire, deux semaines avant l’arrivée des vacances… ouf, il était vraiment temps que ces vacances arrivent !
  • On va terminer notre rencontre par la réception d’une lettre, d’un courrier… vous pouvez nous en parler ?
  • Oui, alors, j’ai reçu un courrier pour me dire que « comme on nous avait poussé à repasser à quatre jours », et bien… On serait punis d’activités périscolaires, voilà… La municipalité tenait à ce que vous soyez à quatre jours et demi, voilà… les parents d’élèves ont tenus à repasser à quatre jours, et bien sachez que par conséquent, il n’y aura pas d’activités périscolaires », alors en revanche ils ont précisé que des garderies resteraient présentes, mais qu’il n’y aurait plus d’activité. Pour moi, prendre ça comme excuse ce n’est pas correct, et je ne vois pas pourquoi à 16h 30 on ne pourrait pas faire une activité d’une heure, jusqu’à 17h 30 voir 18h 00, après tout, ça se faisait avant.

Lebrillant.fr s’est donc renseigné au niveau national et oups… lors du passage aux quatre jours et demi, bon nombre de communes, n’ont jamais instauré d’activités périscolaires, d’autres ont préféré opter pour des activités payantes, mais très peu d’entre-elles ont « jouer le jeu », comme la ville de Crest en proposant de vraies activités pour tous les élèves, entièrement gratuites. Conclusion culinaire : il semblerait que le beurre et l’argent du beurre ne soient pas solubles dans le fonctionnement de notre éducation nationale.

  • Bonjour je suis Kairn, alors là j’amène mes deux filles pour cette rentrée des classes. Mais je vais vous le dire, cette rentrée des classes n’a rien de spéciale, pour moi c’est normal, sauf que cette année pour la première fois j’emmène mes deux filles.
  • Kairn, cette rentrée c’est la rentrée des quatre jours de scolarité, au lieu des quatre jours et demi…
  • Oui, bah pour moi ça ne change pas grand-chose, après c’est sûr que ça veut aussi dire moins d’activités périscolaires, mais moi le mercredi ils peuvent faire d’autres trucs aussi, mais vous savez, moi j’aime bien les déposer à la garderie, donc comme ils sont en primaire et tout ce qui est occupations comme par exemple le Poney, ça ne les concerne pas, donc pour moi c’est le mieux, ils sont plus à l’école et moi j’ai plus de temps avec mon fils.
  • Si on parle une seconde de vos deux enfants, quels sont vos sujets de préoccupations ?
  • Bah, moi ma grande elle est trop timide, alors je ne sais pas comment ça va se passer…

Les mamans qui sont présentes, ne veulent pas forcément être photographiées, mais vous le savez, lebrillant.fr n’est pas un média qui flagelle ses interlocuteurs… « Soit belle et crestois », c’est pas du tout notre truc… Donc toute photo se doit d’être pudique et respectueuse.

  • Bonjour je m’appelle Marie et pour vous répondre, pour ma part, je suis vraiment très déçue, très très déçue de ce retour aux quatre jours, parce que je trouvais que les activités proposées étaient très intéressantes. Quatre jours et demi, ça signifie des enfants qui travaillent plus efficacement le matin, et pas l’après-midi…Écoutez, moi je le vois, j’ai deux enfants de trois et six ans, du coup, il n’y a plus de sieste, et personnellement le mercredi matin, comme je travaille, c’était très important de les mettre à l’école, et maintenant, pour trouver une solution, quand nous n’avons pas papi et mamie en renfort, et comme nous travaillons tous les mercredis tous les deux, et puis il n’y a pas forcément de place au centre aéré, donc oui, c’est très compliqué pour faire garder nos enfants…
  • …Et c’est une réalité, nous nous sentons très pénalisés. Et vraiment c’est dommage qu’Hervé Mariton ait perdu ce bras de fer, même pour les enfants, parce qu’il y avait des activités derrière et vraiment… je ne suis pas sûre que toutes les familles puissent se permettre d’avoir accès à des activités aussi intéressantes que celles que proposaient la Mairie, par exemple j’ai un collègue qui grâce à ce dispositif, pouvait mettre sa fille à l’équitation par exemple, et elle payait 1 Euro par an, et grâce à toutes ces activités elle pouvait mettre ses enfants au cheval… Voilà, moi, je suis pour la semaine de quatre jour et demi, et je suis sûre que les enfants apprennent mieux le matin… Vous savez, moi je suis d’une génération qui allait à l’école le samedi matin, et bien, oui, le samedi c’était un jour spécial… Où on apprenait peut-être mieux parce que nous savions, qu’après l’instruction venait le temps libre… (sourire).
  • Bonjour, je m’appelle Virginie, alors moi j’ai deux enfants pour cette rentrée à l’école Anne Pierjean à Crest, j’ai deux enfants : un en maternelle, et un en élémentaire, alors l’année dernière j’avais mon fils qui finissait à 15 h 00 et ma fille à 15h 45, donc j’étais obligée d’attendre ¾ d’heure et cette année, ils sont tous les deux à l’unisson, donc ça va être beaucoup plus pratique. Mais le gros point négatif, c’est qu’il n’y a pas de garde le mercredi, et le Centre Aéré a été pris d’assaut, donc je me retrouve pour cette rentrée à ne pas savoir ce que je vais faire pour ma fille en CE1, le mercredi matin. Alors comme moi je travaille le mercredi matin, je vais devoir bricoler avec mes beaux-parents, mais je ne vais pas pouvoir faire ça tous les mercredis. Et peut-être que je vais devoir payer une nounou, sachant en plus que ma fille a passé l’âge de six ans, donc je n’aurais pas d’aide, et comme je suis à mi-temps, oui, ça va être très compliqué…
  • … En plus il y a deux écoles qui sont passées aux quatre jours, donc à peu près 200 élèves, et le Centre Aéré a augmenté sa capacité d’environ 10 places, donc il n’est pas en capacité d’absorber la demande, qui est de 120 gamins. Alors, je ne sais pas comment font les autres parents, mais nous sommes nombreux à ne pas avoir trouvé de solution… Mais de toute façon, il ne faut pas l’oublier, Monsieur Mariton était contre la semaine de quatre jours, et je pense qu’il n’a pas fait suffisamment d’efforts pour s’imposer, tout simplement parce qu’il n’avait pas envie d’en faire.
  • Bonjour, je m’appelle Frédérique, et cette rentrée est plutôt cool, je me suis habituée aux années précédentes, je sais qu’ils vont retrouver leur copains, donc vraiment, je ne suis pas inquiète. Je vous ai entendu poser la question du passage aux quatre jours et demi à maintenant quatre jours… je vais vous dire, je pense que ce n’est pas plus mal parce qu’à un certain âge ils ont besoin d’une coupure, et ça leur permet de se reposer. Alors en revanche oui, ce que je regrette c’est que ça les prive d’activités périscolaires, et vraiment, ça, c’est vraiment pas terrible du coup… Mais malheureusement, il faut faire des choix… Mais pour tout vous dire j’aurais préféré qu’ils trouvent une solution pour que les activité puissent être maintenues, parce que voilà… il y a des enfants qui ne peuvent pas, et ces activités pouvaient leur permettre de découvrir d’autres choses, par exemple l’année dernière ils avaient proposé la langue des signes, et vraiment c’était super bien…

Ironie de la politique puisque c’est en leurs temps précisément ce qu’avaient proposé François Hollande et Hervé Mariton(!), ou plutôt, rendons à César ce qui appartient à Cesar : c’est l’inverse qui s’est passé : Hervé Mariton en 1995, suivi par François Hollande 18 ans plus tard en 2013.

  • Alors quoi, selon vous, cette rentrée après les heures de classe, c’est juste une forme de gardiennage ?
  • Ça va être ça en fait… Les enfants vont finir leur journée d’école, et s’ils ne peuvent pas être récupérés, parce que leurs parents travaillent, alors oui, ça devient une garderie. C’est vraiment dommage, ils auraient pu laisser les activités, trouver une solution intermédiaire, sachant que commencer à quatre heure et demi, pour finir à cinq heure et quart, c’est pas cool quoi…

Micro micro par ci, micro micro par là… De toutes vos paroles je vais me délecter  !

Benoit, comme pas mal de parents d’élèves, ne veulent pas être photographiés par moi. Je n’en ai cure, seule leur nuque assure…

  • Salut moi c’est Benoit et donc j’amène ma fille Anna, qui entre en moyenne section cette année, bon… je suis attentif , mais ça a l’air d’aller, ça se passe… Alors vous me posiez la question hors-micro sur la problématique des quatre jours versus les quatre jours et demi, et je vais vous le dire : nous ne sommes pas décisionnaires de ça, donc on suit ce qu’il se trame et puis là de toute façon, ma fille était aux quatre jours en petite section, donc ça ne change rien pour elle. Pour ce qui est des activités périscolaires on va voir à l’usage, de toute façon nous n’avons pas la possibilité de choisir, donc on verra comment ça se déroule pendant l’année.
  • Pour moi ce changement des quatre jours et demi aux quatre jours, c’est un bien, parce que mes deux enfants n’avaient pas le même rythme, il y en avait un qui avait école le mercredi matin, et l’autre non, donc là au-moins ils sont tous les deux réglés sur le même tempo. Quant à l’absence d’occupation, d’activités périscolaires, pour moi c’est plutôt de la politique qu’autre chose… De toutes façons jamais personne n’a été concerté, je ne vois pas ce qui a pu empêcher de conserver ces activités. On aurait pu mixer les deux sans aucun problème, je ne vois pas ce qui aurait pu empêcher ces trois quart-d ’heure d’attente, mais oui, le côté gardiennage des enfants, c’est quelque chose qui me dérange un peu plus, mais justement, je ne vois pas ce qu’il aurait fallu faire pour garder ces activités. En bonne intelligence, il fallait coupler le scolaire et le périscolaire.
  • Bonjour je m’appelle Éric. Pour moi c’est la rentrée de mes deux filles, une en CP et l’autre en grande section. Pour tout vous dire j’ai la boule au ventre, et visiblement, je l’ai plus que les petites (rire), on a toujours l’angoisse du « comment ça va se passer, est-ce qu’elle vont s’y plaire ? » mais elles connaissent les maîtresses, elles connaissent le lieu, donc oui, ça va aller.
  • Les quatre jours versus les quatre jours et demi, vous en pensez quoi ?
  • Ah mais pour moi, ça me convient très bien. Au niveau des activités périscolaires, on les garde à la maison, et on les occupe tous les mercredis, et tous les samedi, s’il n’y a pas de soucis avec elles. Alors, oui, ça peut nous rappeler un peu le temps du confinement, mais moi je n’irais pas jusque-là, là on peut sortir, se balader aux bords de Drôme, ou au centre-ville, non… il y a plein d’activités à faire…Moi les quatre jours, ça me convient parfaitement… Ah… là, je vais devoir vous laisser parce que ça rentre… !
  • Bonjour, je m’appelle Florian, je me porte très bien, c’est la reprise pour tout le monde, avec ce nouveau rythme scolaire, alors j’ai un enfant en moyenne section, et puis la suite de ma progéniture arrivera dans quelques années (rire), alors moi je ne suis pas encore concerné par le changement des quatre jours et demi vers les quatre jours parce que mon enfant est en moyenne section, mais pour moi entre les petits et les plus grands, ça remet de la cohérence pour toutes les familles…
  • … Alors concernant les activités périscolaires, quand vous avez un enfant à quatre jours et un enfant à cinq jours, pour la vie professionnelle, c’est avant tout un casse-tête et je pense que les familles le voient avant tout comme ça. Et puis j’ai vraiment l’impression qu’à Crest il y a une vraie solidarité parentale qui fait que les familles sont assez proches les unes des autres, on arrive à occuper les enfants ensemble, j’ai vraiment ce sentiment-là moi… Pour prendre l’exemple de l’école de Anne Pierjean, les parents communiquent beaucoup, et les enfants passent beaucoup de temps ensemble en dehors de l’école donc du point de vue d’un parent de maternelle, pour l’instant tout va très bien.
  • Bonjour, moi c’est Alix, alors moi je suis toujours un peu stressée… Hier soir, on a préparé les cartables, on a vérifié si on avait bien mis les prénoms sur toutes les affaires. Et puisque vous m’interrogez sur le passage des quatre jours et demi aux quatre jours, je vous le dis, moi je suis bien contente parce que l’année prochaine, j’ai ma grande qui rentre en CP, et ma petite qui sera en moyenne section, donc du coup ça m’arrange qu’il y ait pour les deux les mêmes rythmes scolaires sur les deux écoles. Ce sera beaucoup plus simple à gérer…

Allez comprendre… La Nupes a fait un score plus qu’honorable lors des élections législatives, ici à Crest, et là c’est la vision sarkosyste de l’école qui a remporté le suffrage.

Une pensée pour tous les cancres : sachez-le,  il est à prévoir que l’hiver 2022/2023 sera glacial sur toute France,  et que les économies d’énergies nous promettent des radiateurs qui risquent d’être plus froids qu’un terrain de hockey, et oui les cancres, c’est terminé: le fond de la classe ne sera plus votre refuge.

Textes et Photos : Mathias Deguelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.